Le feu du soleil brillait – Emile Orange
Du 19 Janvier au 02 Mars 2024

Rouge, orangé, jaune, vert, bleu, indigo, violet. De cette multitude de couleurs qui composent le prisme de la lumière c’est le orange, couleur du soleil couchant ou du ciel qui s’illumine au petit jour, qui prédomine dans les peintures d’Émile. 

Le orange, et pas n’importe lequel, le fluorescent, l’orange acidulé, celui qui brille, qui irradie et nous renvoie vers un sentiment de vibration. L’orange qui calme et apaise, celui de la lumière tamisée ou du feu de cheminée. Qu’il s’agisse de vues intérieures ou de paysages, la peinture d’Émile nous enveloppe doucement comme elle entoure ses sujets. 

Une faune dense et chatoyante de Polynésie où se perdent des figures, un ciel chargé de Normandie ou un gros plan sur un papillon au creux d’une paume ; dans le détail net ou dans le motif plus flou, on perçoit ces personnages et animaux qui rythment l’intimité de l’artiste. Les petites créatures sont agrandies comme à la loupe d’un microscope et les humains se perdent dans la nature qui les absorbe. Le peintre joue sur les sujets et renverse les codes visuels en inversant formats et couleurs.

Souvent issues de prises de vues photographiques, la peinture d’Émile fige et ralentit le temps que l’appareil a saisi au bond. Les instants sont alors racontés comme de petits récits personnels et on y voit que « Le feu du soleil brillait » nous berçant dans sa chaleur orangée. La couverture colorée qui tapisse l’univers pictural de l’artiste nous réveille alors et nous attire vers un monde à la fois apaisant et inquiétant. La beauté du fluorescent dans laquelle nous baignons ne serait-elle pas, après tout, une lumière atomique irradiante ?